Fiche

Responsable : 
Céline Chauveau
Période de fouille : 
du 1er mars au 28 juillet 2017
Maître d'ouvrage : 
Mairie de Caussade
Localité : 
Caussade (Tarn-et-Garonne)
Type d'opération : 
Période : 
, ,

Résumé

Dans le cadre du projet de réhabilitation de la place du Fil porté par la mairie de Caussade, le service  régional de l’Archéologie d’Occitanie a prescrit une fouille archéologique préventive d’une superficie de 400 m² sur cette place située au chevet de l’église. Cette fouille a permis l’observation de l’occupation de l’espace du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. Treize phases ont été identifiées. La phase la plus ancienne correspond à un horizon funéraire situé sous la cote de travaux. Observé uniquement dans deux sondages profonds, ce niveau de sépulture a livré une datation 14C entre le VIIIe et le Xe siècle. Ce premier niveau est scellé par une couche organique pouvant s’apparenter à une terre de cimetière. La datation 14C réalisée sur les graines qu’elle contenait montre un horizon chronologique des IXe-Xe siècles. Un premier fossé est ensuite creusé dans le substrat. Il coupe le premier horizon funéraire. Ce fossé pourrait correspondre à un enclos primitif de la ville, lié à l’installation d’un lieu de culte à proximité. Il pourrait s’agir de l’église Sainte-Marie dont la première mention connue remonte à 1101. Un second niveau de sépulture a été observé à l’ouest de ce fossé qui vient probablement entourer cet espace. Neuf individus ont été identifiés. L’intervalle chronologique de cette seconde zone d’inhumation se situe entre la fin du Xe et le milieu du XIIe siècle. La morphologie de l’espace évolue ensuite avec le comblement du 1er fossé dans lequel sont installés deux bâtiments. Au sud, un angle arrondi témoigne d’une construction s’étendant vers le sud de la zone. Au nord, le mur pignon d’une construction à angles également arrondis et à contreforts a été dégagé. Ces bâtiments semblent prendre place dans une large seconde moitié du XIIe siècle. Une fois ces constructions aménagées, le site perd sa vocation funéraire. Un 2e fossé est creusé, accolé à l’est du précédent dont il recoupe les niveaux de comblement. Il est probable que ce fossé indique une extension de l’enclos primitif et un agrandissement de la ville. Le bâti installé sur la place évolue avec l’installation d’un  vaste bâtiment quadrangulaire à angles arrondis, correspondant probablement au château de Caussade. Cette construction de plus de 18 m de longueur s’installe sur l’arase des bâtiments précédents. Deux pièces ont pu être identifiées mais l’arase des maçonneries et le curage des niveaux supérieurs rendent l’interprétation des fonctions du bâtiment difficiles. Il est en tout cas construit vraisemblablement à la toute fin du XIIe siècle. Un incendie a lieu dans ce bâtiment, détruisant probablement un niveau de plancher ou de charpente. Dans le courant du XIIIe siècle, le 2e fossé est comblé. Là encore, cela indique l’extension de la ville et l’aménagement d’une enceinte plus vaste. Sept fosses alignées au pied du mur du château du côté extérieur pourraient indiquer l’installation d’une palissade pour protéger cet espace en remplacement du fossé. L’emplacement de l’ancien fossé est ensuite densément occupé. Une zone de travail s’installe à cet endroit, dès la fin du Moyen Âge. Elle est ensuite remplacée  par plusieurs constructions à partir de l’époque moderne. Ces constructions perdurent et sont intégrées progressivement dans l’îlot d’habitation contemporain démoli en 2008. Le bâtiment du château perd ses fonctions à l’époque moderne. Il abrite un four, puis une prison avant d’être lui aussi progressivement intégré dans les habitations contemporaines.

C. Chauveau