Fiche

Responsable : 
Mylène NAVETAT
Période de fouille : 
2009
Localité : 
Thiers (Puy-de-Dôme)
Type d'opération : 
Période : 
,

Résumé

L’espace compris entre la rue Alexandre Dumas et la rue du Transvaal situées dans le centre-ville de Thiers conserve une partie du tracé de l’enceinte urbaine du XIIIe siècle. Le projet d’aménagement d’une partie d’un îlot du secteur sauvegardé de la ville dans le cadre du Renouvellement Urbain et de l’Opération de restauration Immobilière de Thiers a conduit la ville à réaliser une étude préalable sur ce secteur. L’étude archéologique, menée au moyen de sondages réalisés dans les maçonneries, visait à identifier les portions du rempart encore en élévation dans les bâtiments concernés par l’étude ainsi qu’à mettre en évidence l’évolution d’un passage aménagé dans le rempart rue Alexandre Dumas, au niveau de la Tour Pignat.

La ville de Thiers comporte un ensemble de 5 enceintes, dont la première fut édifiée aux alentours du XIe siècle, autour du château. Le développement de la ville incite des constructions successives d’enceintes dont une au XIIIe siècle, objet de cette étude, une au XIVe siècle, une au XVe siècle, représentée dans l’Armorial de Revel, ainsi qu’un complément à la fin du XVIe siècle. L’étude archéologique du bâti a permis de mettre en évidence la maçonnerie du rempart dans les deux bâtiments situés rue du Transvaal, ainsi que les différentes modifications subies au moment de sa perte de fonction défensive, avec notamment des percements de fenêtres liés aux habitations venant se développer contre. La faible emprise des sondages n’a pas autorisé l’observation d’aménagements défensifs tels que des archères ou encore les traces d’un chemin de ronde. Les observations menées rue Alexandre Dumas, aux abords de la tour Pignat, ont mis en évidence la relation chronologique entre le mur d’enceinte et la tour flanquante, de même facture, ils semblent en effet contemporains. Les sondages ont permis de restituer les différents états de la tour, de sa fonction défensive à celle d’habitation, avec une modification des niveaux de circulation liée au développement des bâtiments d’habitation situés au nord. L’évolution du mur de rempart à cet endroit a été marquée de plusieurs transformations, de la défense mise en œuvre par un mur haut et épais, au percement d’un passage au XVe siècle, puis du rempart sur toute sa hauteur au moment de la construction des bâtiments d’habitation se développant à l’ouest et au nord. Différents niveaux de circulation ont aussi pu être observés.

L’étude a permis de mettre en évidence la conservation sur une hauteur maximale de 10 mètres du mur d’enceinte, ainsi que les différentes phases de l’évolution du paysage urbain dans cet îlot du centre-ville de Thiers.

 

Mylène NAVETAT