Fiche

Responsable : 
Raphaël Macario
Période de fouille : 
2018
Maître d'ouvrage : 
mairie de lectoure
Localité : 
Lectoure (Gers)
Type d'opération : 
Période : 
, , ,

Résumé

Le projet d’aménagement d’une galerie souterraine entre les thermes et l’hôtel des Doctrinaires à Lectoure (32), a motivé la prescription d’une fouille préventive par le service régional de l’Archéologie. Cette opération porte sur l’emprise de la future galerie, de 111 m², qui traverse la rue Nationale. Le chantier s’est tenu entre le 5 février et le 23 mars 2018. L’ouverture des tranchées pour le dévoiement des réseaux a également fait l’objet d’un suivi archéologique. L’équipe de fouille était composée de 3 à 4 personnes. La fouille a mis en évidence un nombre inattendu de vestiges avec une chronologie longue. L’occupation la plus ancienne regroupe 4 à 5 structures en creux conservées au contact du substrat. Le mobilier céramique rare permet simplement d’évoquer une datation à l’âge du Fer. La seconde phase d’occupation date de la période augustéenne. Il s’agit tout d’abord de trois sépultures à inhumation d’individus immatures. La découverte d’un atelier de potier abandonné au tournant de notre ère constitue l’apport majeur de la fouille. Il se compose de deux fours disposés de part et d’autre d’une fosse de travail commune. Ils présentent des typologies différentes : le premier est pourvu d’une plateforme centrale ; le second d’une sole rayonnante. Le mobilier est très abondant dans les comblements d’abandon de l’atelier. Les ratés de cuisson permettent d’identifier la production d’une céramique tournée grise. De très nombreux fragments d’amphores de Tarraconaise complètent l’assemblage. Ils ont été exposés au feu et pouvaient servir dans l’aménagement des fournées. À compter du Moyen Âge l’axe est-ouest de la future rue Nationale devient manifeste. Un alignement de trous de poteaux est remplacé par un fossé qui pouvait délimiter une première voirie non conservée. Durant l’époque moderne, un caniveau maçonné est bâti mais la chaussée correspondante a disparu. Enfin, un niveau de chaussée peut être daté de la fin du XVIIIe – début du XIXe siècle.